Virginie Hocq

VIrginiE HOCQ nouveau spectacle (le titre se dit VIEHOCQ comme vieux en argot)

Pour ce spectacle Virginie Hocq s’éloigne du One Woman et s’accompagne à la mise en scène de Johanna Boyé, avec qui elle a collaboré sur « C’était quand la dernière fois ». La finesse de l’écriture combinée avec la folie de Virginie, nous promet un spectacle haut en couleur.

Le mot de la metteuse en scène :

Virginie Hocq, revisite avec humour, et tendresse notre parcours de vie : les histoires et souvenirs jaillissent, les questions se bousculent dans sa tête, alors qu’elle range et entasse les caisses et cartons d’un appartement étrange.

Elle nous dévoile avec décalage et dérision, ces raisonnements extravagants et stratagèmes farfelus. Sa folie douce, sa vision décalée du monde, son implication physique et burlesque, nous plongent dans le rythme effréné, de son univers mordant, incisif, et poétique.

Elle nous livre un seul en scène délicieusement visuel, insolite, dont l’énergie débordante, la vitalité nous entraine.

Johanna Boyé

Virginie Hocq

VIrginiE HOCQ nouveau spectacle (le titre se dit VIEHOCQ comme vieux en argot)

Pour ce spectacle Virginie Hocq s’éloigne du One Woman et s’accompagne à la mise en scène de Johanna Boyé, avec qui elle a collaboré sur « C’était quand la dernière fois ». La finesse de l’écriture combinée avec la folie de Virginie, nous promet un spectacle haut en couleur.

Le mot de la metteuse en scène :

Virginie Hocq, revisite avec humour, et tendresse notre parcours de vie : les histoires et souvenirs jaillissent, les questions se bousculent dans sa tête, alors qu’elle range et entasse les caisses et cartons d’un appartement étrange.

Elle nous dévoile avec décalage et dérision, ces raisonnements extravagants et stratagèmes farfelus. Sa folie douce, sa vision décalée du monde, son implication physique et burlesque, nous plongent dans le rythme effréné, de son univers mordant, incisif, et poétique.

Elle nous livre un seul en scène délicieusement visuel, insolite, dont l’énergie débordante, la vitalité nous entraine.

Johanna Boyé